jeudi 11 décembre 2008

Suzanne

Graeme Allwright et Maurane interprètent "Suzanne", chanson de Leonard Cohen.
Un pur moment d'émotion... C'est pour vous.

16 commentaires:

  1. De grands instants de plaisir avec Suzanne de Léonard Cohen, merveilleusement interprétée par ces deux géants Graeme Allwrigt et Maurane .. cerise sur le gâteau Jean-Félix Lalanne à la guitare .. Tu nous gâtes ..je devrais bien commencer par ma journée .. merci Françoise

    RépondreSupprimer
  2. C'est un beau et magnifique moment avec trois artistes que j'aime bien dont le grand poète Graeme Allwright

    Pardon de moins passer mais suis déjà un peu ailleurs .....un peu partie (sourire pas triste)

    Bisous Françounette

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, Francoise.
    On a tout dit avant moi...
    C'est un bouquet d'émotions que tu nous offres, ce matin.
    Merci beaucoup.
    Fort, je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  4. énorme !! quel sublime instant de grace et de poésie mélée !! ah !! ce titre est un standard de Léonard Cohen et une superbe chanson toujours aussi poignante : cette reprise est magnifique !! que ta fin de semaine le soit tout autant !!

    RépondreSupprimer
  5. Merci d'aider à ma culture, Françoise

    Tout ignare que je suis, c'est une découverte moi moi. Belle interprétation sentie et touchante.

    RépondreSupprimer
  6. j'ai vibré à écouter Greame...à son texte, à sa voix...remontent les souvenirs!

    RépondreSupprimer
  7. MERCI Fran, (tu prononces Fraaaaan)
    pour ce moment si doux et mélodieux...
    Moi je pose un tintamarre de bisous sur tes joues !
    (je manque de discretion, hein ? )
    Tant pis !!!

    RépondreSupprimer
  8. Je vois que vous avez été sensibles, vous aussi, à cette interprétation de Suzanne.
    Beaucoup d'émotion en l'écoutant, en la regardant.
    Du coup, j'ai réécouté plusieurs chansons de Graeme Allwright, et je vous en remettrai. Il y en a de vraiment très belles. D'ailleurs, tout en écrivant, je me rappelle être allée l'écouter chanter, lorsque j'habitais Lyon, mais il y a très longtemps. Il était beaucoup plus jeune... et moi aussi...

    D'accord Jaca, je prononce Fraaaaan... sourire.

    De très gros bisous à vous tous, et merci de vos visites.
    Bonne fin de journée et bon week-end !

    RépondreSupprimer
  9. J’aime ces duos et ces chansons intemporels et revisitées.
    Quel beau cadeau ! Et en effet que d’émotion avec Léonard Cohen et Graeme Allwright dont je connais (presque) par cœur beaucoup de ses chansons. Les feux de camps d'antan...

    Un petit lien trouvé sur le Net du temps d ‘âge tendre et têtes bois.
    Très belle journée.

    http://chansons.ina.fr/index.php?vue=notice&id_notice=I04149626

    RépondreSupprimer
  10. Magnifique ! Un vrai grand moment qui m'en rappelle d'autres ...
    Qui plus est, j'adore les duos, quels qu'ils soient, c'est toujours de la tendresse.
    Et celui-ci, hummm ... du bonheur !
    Merci Françoise
    Bonne soirée et gros bisous

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour le lien Louis-Paul. Oui, jolie chanson de Graeme aussi.
    Merci de vos visites Jalhouse et Fanzesca, et de vos commentaires.
    Je vous embrasse fort.
    Bonne fin de soirée à vous.

    RépondreSupprimer
  12. Comme tu dis..pur moment d'émotion que cette chanson que j'aime depuis tellement longtemps, de par l'interprétation de Graeme Allwright que j'aime depuis l'enfance et de par l'association de ces deux voix que j'aime aussi beaucoup...
    J'ai bien fait de suivre le lien pour venir chez toi..

    RépondreSupprimer
  13. Merci de ta visite Autrement moi.
    Je me suis rendue chez toi également, et je dois dire... que j'y retournerai moi aussi !
    Bonne soirée à toi.

    RépondreSupprimer
  14. merci ... très doux moment, ces harmonies et ces notes m'ont donnés beaucoup d'émotions. Greame Allwright et Maurane.. magnifique !

    RépondreSupprimer
  15. Oui, Pinky, c'est vrai que cette chanson est très belle et très émouvante.
    Merci à toi de ta visite.

    RépondreSupprimer

Laissez moi des petits mots,
j'aime tant les lire... :-)

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

FEMMES ET HOMMES

Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents,
Ne vous laissez pas attacher,
ne permettez pas qu'on fasse sur vous des rêves impossibles...
On est en Amour avec vous tant que vous correspondez au rêve que l'on a fait sur vous,
alors le fleuve Amour coule tranquille,
les jours sont heureux sous les marronniers mauves,
Mais s'il vous arrive de ne plus être ce personnage qui marchait dans le rêve,
alors soufflent les vents contraires,
le bateau tangue, la voile se déchire,
on met les canots à la mer,
les mots d'Amour deviennent des mots-couteaux qu'on vous enfonce dans le coeur.
La personne qui hier vous chérissait vous hait aujourd'hui;
La personne qui avait une si belle oreille pour vous écouter pleurer et rire
ne peut plus supporter le son de votre voix.
Plus rien n'est négociable
On a jeté votre valise par la fenêtre,
Il pleut et vous remontez la rue dans votre pardessus noir,
Est-ce aimer que de vouloir que l'autre quitte sa propre route et son propre voyage?
Est-ce aimer que d'enfermer l'autre dans la prison de son propre rêve?

Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent
Qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents
ne vous laissez pas rêver par quelqu'un d'autre que vous même
Chacun a son chemin qu'il est seul parfois à comprendre.
Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent,
Si nous pouvions être d'abord toutes et tous et avant tout et premièrement des amants de la vie,
alors nous ne serions plus ces éternels questionneurs,
Ces éternels mendiants qui perdent tant d'énergie
et tant de temps à attendre des autres des signes,
des baisers, de la reconnaissance
Si nous étions avant tout et premièrement des amants de la vie,
Tout nous serait cadeau
Nous ne serions jamais déçus
On ne peut se permettre de rêver que sur soi-même
Moi seul connais le chemin qui conduit au bout de mon chemin
Chacun est dans sa vie
et dans sa peau...
A chacun sa texture
son message et ses mots

Julos Beaucarne