jeudi 29 avril 2010

Pour être heureux

Pour être heureux, il ne faut pas trop chercher le bonheur. Il faut le prendre quand il passe, le vivre pleinement et surtout ne pas penser que cela ne dure qu'un instant.

Paul Perreault

dimanche 25 avril 2010

A l'image des sentiments...

Ce qu'il y a de merveilleux dans l'eau, c'est qu'elle est un peu là, et même beaucoup, mais avec une délicatesse de sentiment assez rare, avec une exquise discrétion. Un peu à la façon de l'intelligence chez les hommes, elle s'adapte à tout et à n'importe quoi. Elle prend la forme que vous voulez : elle est carrée dans un bassin, elle est oblongue dans un canal, elle est ronde dans un puits ou dans une casserole. Elle est bleue, verte ou noire, ou parfois turquoise ou moirée, ou tout à fait transparente et déjà presque absente. Elle est chaude ou froide, à la température du corps, ou bouillante jusqu'à s'évaporer, ou déjà sur le point de geler et de se changer en glace. Tantôt vous l'avalez et l'eau est dans votre corps; et tantôt vous vous plongez en elle et c'est votre corps qui est dans l'eau. Elle dort, elle bouge, elle change, elle court avec les ruisseaux, elle gronde dans les torrents, elle s'étale dans les lacs ou dans les océans et des vagues la font frémir, la tempête la bouleverse, des courants la parcourent, elle rugit et se calme. Elle est à l'image des sentiments et des passions de l'âme.

Jean d'Ormesson



Photo faite à Perros Guirec

vendredi 23 avril 2010

Le petit moineau

Une photo prise à Rennes, pendant mes congés.

Haïku pour un moineau

Il se sent tout petit
Entre ces deux géants
Le moineau égaré



Petit clic sur la photo pour l'agrandir...

Bonne fin de semaine à vous et bon week-end !
.

jeudi 22 avril 2010

La rencontre

La rencontre n'est pas un mot banal. C'est au contraire un événement, un traumatisme presque, puisqu'il nécessite une interprénétration. On se déroute quand on se rencontre, sinon on ne fait que se croiser ou s'éviter. Un amour, c'est deux personnes qui associent leurs désirs dans l'acte sexuel et conjuguent leurs styles affectifs dans la vie de chaque jour. Ce trauma désiré provoque l'épanouissement de soi, hors de soi, avec un autre... au risque de l'effraction. Toute rencontre est un déroutement qui peut mener à la déroute parce que l'amoureux (l'amoureuse) donne à l'autre le droit d'entrer dans son corps et dans son âme. La conjugaison des désirs et des manières d'aimer donne ainsi à l'aimé le pouvoir d'épanouir l'amoureux... ou de le déchirer.

Boris Cyrulnik - Parler d'amour au bord du gouffre

mercredi 21 avril 2010

A quoi ça sert l'amour ?

Un peu d'amour, avec Edith Piaf et Théo Sarapo, pour terminer cette journée légèrement et avec le sourire...

lundi 19 avril 2010

Ploumanach

La Manche, un tantinet agitée, à Ploumanach, avec sa côte de granit rose.
Je resterais des heures, ainsi, à regarder et écouter les vagues...

D'autres photos de Ploumanach sont sur mon blog Photos : Ici



video

dimanche 18 avril 2010

De retour

Durant ces quelques jours de vacances en Bretagne, c'est dans le petit village de Saint-Senoux que j'ai posé mes valises, petit village breton bien sympathique, situé à quelques kilomètres de Rennes.
La Bretagne m'a beaucoup plu. C'était mes premiers pas sur le sol breton et, franchement, ses petits villages, ses côtes sauvages du bord de Manche et d'Océan, m'ont séduite.
De plus, et ce n'est pas négligeable, le soleil était présent presque tous les jours. Un jour de pluie, c'est tout.

Au fil des jours, ici et sur mon blog Photos, je vous mettrai quelques photos de mes balades effectuées pendant ce petit séjour.

Juste, pour ce soir, une photo de Saint-Senoux.




Bonne fin de soirée à vous, et bon début de semaine.

jeudi 1 avril 2010

Le temps d'une pause

Je mets mon blog en pause pendant deux semaines environ, le temps de quelques vacances (j'en ai grand besoin...) et d'aller faire un petit périple en Bretagne :-)
Je vous embrasse très fort, et vous dis à très bientôt !


FEMMES ET HOMMES

Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents,
Ne vous laissez pas attacher,
ne permettez pas qu'on fasse sur vous des rêves impossibles...
On est en Amour avec vous tant que vous correspondez au rêve que l'on a fait sur vous,
alors le fleuve Amour coule tranquille,
les jours sont heureux sous les marronniers mauves,
Mais s'il vous arrive de ne plus être ce personnage qui marchait dans le rêve,
alors soufflent les vents contraires,
le bateau tangue, la voile se déchire,
on met les canots à la mer,
les mots d'Amour deviennent des mots-couteaux qu'on vous enfonce dans le coeur.
La personne qui hier vous chérissait vous hait aujourd'hui;
La personne qui avait une si belle oreille pour vous écouter pleurer et rire
ne peut plus supporter le son de votre voix.
Plus rien n'est négociable
On a jeté votre valise par la fenêtre,
Il pleut et vous remontez la rue dans votre pardessus noir,
Est-ce aimer que de vouloir que l'autre quitte sa propre route et son propre voyage?
Est-ce aimer que d'enfermer l'autre dans la prison de son propre rêve?

Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent
Qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents
ne vous laissez pas rêver par quelqu'un d'autre que vous même
Chacun a son chemin qu'il est seul parfois à comprendre.
Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent,
Si nous pouvions être d'abord toutes et tous et avant tout et premièrement des amants de la vie,
alors nous ne serions plus ces éternels questionneurs,
Ces éternels mendiants qui perdent tant d'énergie
et tant de temps à attendre des autres des signes,
des baisers, de la reconnaissance
Si nous étions avant tout et premièrement des amants de la vie,
Tout nous serait cadeau
Nous ne serions jamais déçus
On ne peut se permettre de rêver que sur soi-même
Moi seul connais le chemin qui conduit au bout de mon chemin
Chacun est dans sa vie
et dans sa peau...
A chacun sa texture
son message et ses mots

Julos Beaucarne