vendredi 6 mars 2009

Peut-être un espoir...

.


Je songeai que quand on a laissé passer le bon moment, quand on a trop longtemps refusé quelque chose, ou que quelque chose vous a trop longtemps été refusé, cela devient trop tard, même lorsqu'on l'affronte avec force et qu'on le reçoit avec joie.
A moins que le "trop tard" n'existe pas, qu'il n'y ait que le "tard" et que ce "tard" soit toujours mieux que " jamais " ?

Bernhard Schlink
.

23 commentaires:

  1. Oui... un message d'espoir...
    Il n'est jamais trop tard... ;-)))

    Belle journée à toi, moon !

    RépondreSupprimer
  2. Chère Françoise, j'aime ce texte, car j'aime l'espoir que je garde en moi, tout au fond de moi, caché....
    Tard? oui sans doute... lorsque c'est passé il est toujours tard.. mais TROP tard, non... ce n'est jamais TROP tard car il y a toujours une possibilité mais qui dit revenir en arrière, dit concession, sacrifice et inconnu....
    Et pourtant il y a un proverbe qui dit "Quand on ne peut plus revenir en arrière faut chercher la meilleur façon d'avancer et d'aller de l'avant" (en gros, il faudrait que je trouve la phrase exacte, peut être du Coelho?).
    Mais tout ça est la façon de penser d'une nostalgique sur qui le passé, les actes manqués, pèsent...
    Mais ce n'est pas à toi que je vais dire tout ça.. tu me "connais".
    Je t'embrasse et te souhaite un bon WE!

    Barbara

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, Francoise.

    Le mot jamais n'existe.

    Merci beaucoup.

    Bonne journée.

    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  4. Il n'est jamais trop tard, ne dit-on pas : quand on veut, on peut... mais parfois l'on prend des habitudes que l'on a du mal à changer pour vouloir s'engager dans une autre voie...

    Gros bisous Françoise, que ce week-end te soit des plus agréables.

    RépondreSupprimer
  5. Je pense n'avoir jamais été dans le bon timing, soit toujours trop tôt ou toujours trop tard ... Et zut!! Bizzzz à toi et à un certain Moon.

    Christine

    RépondreSupprimer
  6. J'aime tes commentaires, Barbara, tes commentaires tellement sincères, comme toi :-)))

    Non, il n'est jamais trop tard, comme tu le dis si bien Herbert, le mot "jamais" n'existe pas.

    Passe un très bon week-end toi aussi, chère Laudith.

    Christine, comme je suis contente de ta visite ! J'ai justement pensé à toi dans la journée. Je t'enverrai un mail dans le week-end.

    Très gros bisous à vous tous.

    RépondreSupprimer
  7. Une petite visite pour te souhaiter un très beau week-end. Je me fais un peu rare en ce moment, mais n'oublie personne.
    Bises Françoise.

    RépondreSupprimer
  8. Bon week-end à toi aussi, Calliprune. Je ne suis pas encore couchée, mais cette fois, je ne vais pas traîner...
    Gros bisous à toi.

    RépondreSupprimer
  9. Parfois pourtant, il est si tard, qu'il est vraiment trop tard, quoi que l'on fasse ...
    Lorsque trop d'années se sont écoulées, lorsqu'une vie s'est enfuie, lorsque des yeux se sont fermés ...
    Je ne parle pas de moi Françoise, mais de ce que je connais et côtoie de si près.
    Dors bien Françoise
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
  10. Tant que l'on n'a pas mis définitivement la clef sous le paillasson, il n'est jamais trop tard...
    Bon week end lumineux!

    RépondreSupprimer
  11. Il n'est jamais trop tard pour évoluer dans la vie , l'espoir permet d'avancer vers des jours meilleurs
    Bon week-end Françoise
    Amitiés Yves

    RépondreSupprimer
  12. Oui, Fanzesca, bien sûr, il y a des circonstances où, hélas !, le mot "jamais" a forcément tout son sens. Je comprends. Bisous à toi.

    Bon week-end lumineux à toi aussi, Photoeil !

    L'espoir permet d'avancer, oui, tu as raison Yves. Bon week-end à toi !

    RépondreSupprimer
  13. cette notion de temps, tard, trop tard, jamais, existe-t-il vraiment ?
    mais je crois qu'il n'est jamais trop tard... alors, ma gémelle, tu fais du taï chi .... bein, nous sommes sur le même chemin...je me suis achetée un bouquin sur le Qi Gong pour bien mémoriser le vocabulaire, les bienfaits de cette technique etc....
    je te souhaite un bon dimanche et gros bissous

    RépondreSupprimer
  14. Oui, Loula, nous suivons le même chemin. Je fais du Tai chi chuan depuis début septembre, et j'ai moi aussi acheté un livre, tout comme toi. Il explique lui aussi les bienfaits de cette discipline et comporte également des dessins décrivant la "forme" (suite d'enchaînements) que l'on est en train d'apprendre.
    Bon dimanche à toi aussi, ma Loula. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour Françoise,

    J'aime aussi beaucoup ce texte. Il est tellement vrai !

    Tout ce qu'on a laissé passer, le temps perdu ne se rattrape pas. Cependant il n'est jamais trop tard pour commencer ou recommencer, c'est une question de vouloir. Tout est possible à condition de le vouloir.

    Merci Françoise. Tu fais partie de ceux qui viennent visiter mon Blog et je suis heureuse de constater que toutes et tous sont profondément simlpes, gentils et généreux.

    Je t'embrasse bien fort. Bon dimanche qui s'achève en France.

    À bientôt.

    Do.

    RépondreSupprimer
  16. Moi je dis ... " Plus tard ... C'est souvent trop tard " ....

    Bisou à toi

    RépondreSupprimer
  17. Bonne fin de journée à toi aussi, Marouscka (j'opte pour ce pseudo, je le trouve très beau... sourire). Oui, à bientôt...

    Gros bisous à toi, Jalhouse.
    Moi, je pense qu'il n'est jamais trop tard, mais bon...

    RépondreSupprimer
  18. Coucou Françoise,

    Et bien sur ce coup on est pas d'accord je pense (il faut bien que cela arrive ;) )... dire qu'il n'est jamais trop tard donne un bel élan littéraire à nos désirs... mais la réalité reste ce qu'elle est, et si la poésie et l'écriture s'appuient souvent sur le réel, le contraire est rarement vrai. Il y a hélas des jamais qu'on ne pourra jamais gommer...

    A nous de tracer la route vers d'autres possibles...

    Bisous Françoise et bonne fête à toi.

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour Françoise,
    Dans nos jours on appelle ça le "timing". Rien est pour toujours, tout semble changer dans nos vies, mêmes nos envies.

    RépondreSupprimer
  20. Je comprends ce que tu veux dire, Moon ;-)) et ce dont tu parles, et là, je suis obligée de reconnaître que tu as raison...
    Bonne fin de soirée à toi.
    Gros bisous.
    Et merci pour la fête...

    Nos envies changent, Azuldelmar, en effet, car nous évoluons sans cesse, ce sont les événements qui nous obligent à évoluer, et parfois, à changer nos objectifs, et nos envies.
    Belle soirée à toi. Bisous.

    RépondreSupprimer
  21. mmmh... magnifique, oui, tard c'est toujours mieux que jamais. On reste toujours acteur de nos choix. Bizz et excellent week-end. Pinky

    RépondreSupprimer
  22. Eh bien, bonne fin de week-end à toi, Pinky !
    Bisous, et merci de ta visite.

    RépondreSupprimer

Laissez moi des petits mots,
j'aime tant les lire... :-)

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

FEMMES ET HOMMES

Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents,
Ne vous laissez pas attacher,
ne permettez pas qu'on fasse sur vous des rêves impossibles...
On est en Amour avec vous tant que vous correspondez au rêve que l'on a fait sur vous,
alors le fleuve Amour coule tranquille,
les jours sont heureux sous les marronniers mauves,
Mais s'il vous arrive de ne plus être ce personnage qui marchait dans le rêve,
alors soufflent les vents contraires,
le bateau tangue, la voile se déchire,
on met les canots à la mer,
les mots d'Amour deviennent des mots-couteaux qu'on vous enfonce dans le coeur.
La personne qui hier vous chérissait vous hait aujourd'hui;
La personne qui avait une si belle oreille pour vous écouter pleurer et rire
ne peut plus supporter le son de votre voix.
Plus rien n'est négociable
On a jeté votre valise par la fenêtre,
Il pleut et vous remontez la rue dans votre pardessus noir,
Est-ce aimer que de vouloir que l'autre quitte sa propre route et son propre voyage?
Est-ce aimer que d'enfermer l'autre dans la prison de son propre rêve?

Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent
Qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents
ne vous laissez pas rêver par quelqu'un d'autre que vous même
Chacun a son chemin qu'il est seul parfois à comprendre.
Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent,
Si nous pouvions être d'abord toutes et tous et avant tout et premièrement des amants de la vie,
alors nous ne serions plus ces éternels questionneurs,
Ces éternels mendiants qui perdent tant d'énergie
et tant de temps à attendre des autres des signes,
des baisers, de la reconnaissance
Si nous étions avant tout et premièrement des amants de la vie,
Tout nous serait cadeau
Nous ne serions jamais déçus
On ne peut se permettre de rêver que sur soi-même
Moi seul connais le chemin qui conduit au bout de mon chemin
Chacun est dans sa vie
et dans sa peau...
A chacun sa texture
son message et ses mots

Julos Beaucarne