lundi 18 avril 2011

La vie continue toujours...

La vie avait continué après, la vie continue toujours. Elle te donne des raisons de pleurer et des raisons de rire. C'est une personne, la vie, une personne qu'il faut prendre comme partenaire. Entrer dans sa valse, dans ses tourbillons, parfois elle te fait boire la tasse et tu crois que tu vas mourir et puis elle t'attrape par les cheveux et te dépose plus loin. Parfois elle t'écrase les pieds, parfois elle te fait valser. Il faut entrer dans la vie comme on entre dans une danse. Ne pas arrêter le mouvement en pleurant sur soi, en accusant les autres, en buvant, en prenant des petites pilules pour amortir le choc. Valser, valser, valser. Franchir les épreuves qu'elle t'envoie pour te rendre plus forte, plus déterminée.
(Katherine Pancol - Les yeux jaunes des crocodiles)

Livre que je suis en train de lire... 
et qui me parle... beaucoup... :-)

22 commentaires:

  1. Eh oui, chacun a son destin, et il faut l'accepter.
    Il faut aussi savoir aménager sa vie. Elle peut alors devenir une compagne beaucoup plus agréable.
    Sans attendre davantage, on peut aussi consacrer deux minutes à regarder ma dernière vidéo:
    http://richardmoisan.blogspot.com/
    Bon après-midi, Françoise!

    RépondreSupprimer
  2. Françoise alors là je souris ! car je l'ai ce livre sur mon chevet, et je suis en train de le lire
    que de pensées et de similitudes avec toi !!!

    et mon livre de chevet habituel c'est "je ne sais pas" de Catherien melchior Sana, une auteur belge...une femme géniale !

    bisous ma belle Françoise
    j'adore tes pensées livrées sur blog
    hop une phrase ! et le tour est joué !

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir, Françoise.

    J'espère que tu as vécu ton escapade de cette manière-là...
    Bonne soirée.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  4. Françoise

    ben tu sais bien, moi quand j'ai un truc qui coince je le dit.
    Alors oui je suis d'accord avec le texte de K. Pancol, La majorité d'entre nous puise dans ses ressorces pour voir et assumer l'existence,toutefois, il y a des personnes qui ont besoin d'être aidé, sinon les psy n'existeraient pas, les pilules n'existeraient pas. L'essentiel est à mon avis de prendre les ressources qui existent et de s'en servir.
    Grosssssssss bisous Françoise ;-)

    RépondreSupprimer
  5. - Bonsoir Richard,
    Je vais enfin trouver le temps d'aller voir ta vidéo. A tout de suite ! :-)
    Belle fin de soirée.

    - Bonsoir Nanou,
    C'est vrai que nous avons beaucoup de goûts en commun :-)
    Je note le titre du livre dont tu parles : "Je ne sais pas", voilà qui devrait me parler, moi, l'éternelle... hésitante... :-)
    Je vais aller faire un tour chez toi. A tout de suite aussi.
    Je t'embrasse bien fort, Nanou.

    - Bonsoir Herbert,
    Oui, je l'ai vécue de cette façon-là ! :-)
    Belle fin de soirée à toi.
    Je t'embrasse.

    - Coucou Marie :-)
    Très bien parlé ! Tu sais, Marie, tu n'aimes pas lire, et pourtant, je suis sûre que ce livre te plairait... (sourire)
    Plein de gros bisous à toi aussi, et douce nuit à toi.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Françoise
    C'est un bien jolie texte de (Katherine Pancol -
    La vie est un long chemin parsemé d'embuches.
    Elle peut être sage ,dissolue,de bohème, agitée,triste , heureuse, ect ect .
    La vie nous la façonnons à notre image,elle peut être: tango, valse,rock and roll.
    Mais surtout remplie d'amour et d'amitié, dans tous les cas elle mérite d’être vécue
    "elle est pas belle la vie"!!!!!
    Mais après la vie il restera les souvenirs.
    Je te souhaite une très agréable journée.
    **bisous***

    RépondreSupprimer
  7. Extrait qui me parle aussi beaucoup et que j'applique chaque jour.

    Gros bisous sous le soleil chère Françoise que cette fin de journée te soit douce.

    RépondreSupprimer
  8. - Bonsoir Yves,
    C'est très vrai, et très joliment dit, Yves, merci à toi.
    Et moi, je te souhaite une bonne fin de soirée, et une douce nuit.
    Gros bisous.

    - Bonsoir Laudith, et merci à toi.
    Bonne fin de soirée, et belle nuit.
    Je t'embrasse.

    - Idem, chère Nanou (sourire)

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour
    Mouais...
    La vie continue après quoi??
    Visiblement Katherine Pancol n'a pas connu de vrais drames dans sa vie.
    Valser quand certains ne peuvent plus, et encore, que tituber.
    Vivre lorsque survivre est la seule option.

    Pierre

    RépondreSupprimer
  10. c'est triste Anonyme votre réponse

    bien sûr que la vie continue... la preuve, je suis là malgré de très gros drames dans ma vie

    ma mère est là malgré la perte d'un enfant , de trois frère de trois cancers, deux avc, elle lutte et se bat encore et encore...

    bien sûr parfois on ne mrche plus , on se sent seul et abandonné, je sais tout ça, n'empêche qu'il est vrai... que quoiq u'il nous arrive, la vie continue...

    ce livre est très beau
    mais je comprends Anonyme

    bisous Françoise

    RépondreSupprimer
  11. - Bonsoir Pierre,
    Comme le dit si bien Nanou, la vie continue malgré tout, après les drames de la vie, après les deuils qui nous touchent de si près, après tous ces mauvais coups du sort que la vie nous réserve parfois, la vie continue malgré tout. Et la lecture de ce livre "léger" de Katherine Pancol fait du bien. En tous cas, à moi, il me fait du bien. Je ne sais pas si Katherine Pancol a vécu des drames ou pas dans sa vie, peu importe, l'important est le plaisir partagé de lire son livre et de suivre la vie de ses personnages dans lesquels nous nous reconnaissons forcément un peu.
    Voilà. Mais tu peux penser autrement, c'est ton droit, et je le respecte.
    Bonne fin de soirée.

    - Bonsoir Nanou,
    Je ne savais pas que tu avais vécu tous ces drames, ma douce. Mais comme tu le dis si bien sur ton blog : "Victoire, avant tout !"...
    Oui, Pierre a sûrement ses raisons, et nous les respectons.
    Gros bisous à toi, Nanou, et bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  12. Bonsoir Françoise

    Je suis d'accord avec ce texte et d'accord avec Marie, au besoin se faire aider quand on y arrive plus.

    J'ai lu ce livre que j'ai beaucoup aimé il y a quelque temps et ne me souvenais plus de cette phrase. Les deux "suites" aussi m'ont bien plus.
    Je t'embrasse, Michelle

    RépondreSupprimer
  13. Bonsoir Michelle :-)
    Oui, moi aussi, je suis de l'avis de Marie, s'il le faut, il ne faut pas hésiter à se faire aider.
    Je n'ai pas encore lu les deux suivants, mais dès que je me les serai procurés, je les lirai également.
    Merci de ta visite, Michelle.
    Je t'embrasse, moi aussi.

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour
    Merci Françoise de respecter une pensée différente, j'apprécie.
    L'idée d'une pensée "unique", d'un "remède" universel m'est étrangère.
    Non, la vie ne continue pas toujours après, certain(e)s la laissent partir tant elle est devenue misérable, insupportable, douloureuse, physiquement ou moralement.
    Je respecte autant ceux qui surnagent que ceux qui se noient.
    L'égalité est un mythe, certains sont mieux armés que d'autres pour combattre.
    Ne voyez aucune tristesse dans mes propos mais un simple équilibrage pour ceux/celles qui ne partagent pas l'avis de Katherine Pancol.
    La vie est complexe, à chacun/une ses "recettes".

    Bonne journée

    Pierre

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour Pierre,
    Merci d'enrichir ce billet par cette réflexion personnelle. Chacun réagit comme il le peut, il n'y a pas de bon ou mauvais remède, il y a soi, et puis les autres, mais personne n'est identique et n'a la même façon de réagir, de se protéger. Oui, la vie est complexe, plus que cela même...
    Belle journée, Pierre.

    RépondreSupprimer
  16. très bel échange Pierre, il est évident que je respecte fortement aussi vos pensées

    mais peut-être qu'après avoir si souvent attenté à mes jours, la vie l'a emporté malgré moi, c'est ce que je voulais essayer de faire ressentir.. que même lorsque j'ai cru tout fini, je suis remontée à la surface, au prix de gros combats

    je reste sensible, infiniment , à la souffrance d'autrui
    respectueusement Pierre
    Tendresses Françoise

    RépondreSupprimer
  17. Tendresses à toi aussi, Nanou :-)

    RépondreSupprimer
  18. Eh oui, évitons les moments de déprime. Après la pluie, vient toujours le soleil. Et c'est au soleil qu'il faut penser.
    Bonne soirée, Françoise!

    RépondreSupprimer
  19. Pensons au soleil, oui, Richard, tu as raison. :-)
    Belle soirée à toi aussi, et douce nuit.

    RépondreSupprimer
  20. moi aussi j'ai beaucoup aimé ces personnages attachants et distrayants;il faut lire la suite:la valse lente des tortues.Par contre,je n'ai pas aimé d'autres livres de cet auteur.BISE et bonne lecture(te connaissant je pense qu'elle n'est peut etre pas terminee)

    RépondreSupprimer
  21. Mais si ! Mo, j'ai fini de lire "Les yeux jaunes des crocodiles" ! Et je lirai les deux suivants dès que je les aurai en ma possession. J'avais lu du même auteur "Vu de l'extérieur" et j'avais bien aimé. Je n'en ai pas lu d'autres, je regarderai la semaine prochaine s'il y en a à la médiathèque.
    Bon dimanche à toi, soeurette !
    Gros bisous à toi et à tes chats... :-)

    RépondreSupprimer

Laissez moi des petits mots,
j'aime tant les lire... :-)

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

FEMMES ET HOMMES

Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents,
Ne vous laissez pas attacher,
ne permettez pas qu'on fasse sur vous des rêves impossibles...
On est en Amour avec vous tant que vous correspondez au rêve que l'on a fait sur vous,
alors le fleuve Amour coule tranquille,
les jours sont heureux sous les marronniers mauves,
Mais s'il vous arrive de ne plus être ce personnage qui marchait dans le rêve,
alors soufflent les vents contraires,
le bateau tangue, la voile se déchire,
on met les canots à la mer,
les mots d'Amour deviennent des mots-couteaux qu'on vous enfonce dans le coeur.
La personne qui hier vous chérissait vous hait aujourd'hui;
La personne qui avait une si belle oreille pour vous écouter pleurer et rire
ne peut plus supporter le son de votre voix.
Plus rien n'est négociable
On a jeté votre valise par la fenêtre,
Il pleut et vous remontez la rue dans votre pardessus noir,
Est-ce aimer que de vouloir que l'autre quitte sa propre route et son propre voyage?
Est-ce aimer que d'enfermer l'autre dans la prison de son propre rêve?

Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent
Qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents
ne vous laissez pas rêver par quelqu'un d'autre que vous même
Chacun a son chemin qu'il est seul parfois à comprendre.
Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent,
Si nous pouvions être d'abord toutes et tous et avant tout et premièrement des amants de la vie,
alors nous ne serions plus ces éternels questionneurs,
Ces éternels mendiants qui perdent tant d'énergie
et tant de temps à attendre des autres des signes,
des baisers, de la reconnaissance
Si nous étions avant tout et premièrement des amants de la vie,
Tout nous serait cadeau
Nous ne serions jamais déçus
On ne peut se permettre de rêver que sur soi-même
Moi seul connais le chemin qui conduit au bout de mon chemin
Chacun est dans sa vie
et dans sa peau...
A chacun sa texture
son message et ses mots

Julos Beaucarne