mardi 27 janvier 2009

Il est bon aussi d'aimer

Il est bon aussi d’aimer ; car l’amour est difficile. L’amour d’un être humain pour un autre, c’est peut-être l’épreuve la plus difficile pour chacun de nous, c’est le plus haut témoignage de nous-même ; l’œuvre suprême dont toutes les autres ne sont que les préparations. (…)
Enclins à ne voir dans l’amour qu’un plaisir, les hommes l’ont rendu d’accès facile, bon marché, sans risque, comme un plaisir de foire.
Rainer-Maria RILKE - (Lettre à un jeune poète)

18 commentaires:

  1. Bonjour, Francoise.

    Piètre idée que les hommes se font de l'amour...
    Mais il est vrai que c'est un poéte qui écrit à un poéte...Le prisme n'est pas le même...
    Bonne journée pour toi et bon courage.
    Merci beaucoup.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  2. the masked moron27 janvier 2009 à 14:05

    Hélas même l'amour n'échappe pas aux méfaits de la société de consommation qui nous écrase tous.

    Je suis assez d'accord avec ce texte car c'est vraiment le sentiment que j'ai aujourd'hui en ce qui concerne tout ce qui autrefois faisait nos valeurs : l'amour, l'amitié, le don de soi, l'écoute, la compréhension... Aujourd'hui tout s'achète tout se vend, même ça. Surtout ça d'ailleurs.

    Le net en tout premier, média des plus modernes si il en est, nous rappelle de plus en plus souvent par pubs interposées combien "l'amour" semble être lucratif (quel que soit la signification qu'on puisse encore donner à ce mot), pour certains du moins.

    RépondreSupprimer
  3. coucou Françoise!
    Sage conseil que le début de ce texte.Bonne journée!

    RépondreSupprimer
  4. Oui il est bon d'aimer, dans l'amour, il y a du plaisir, celui de donner, de partager avec l'être aimé, mais cela n'est pas toujours facile et l'amour brisé laisse de profondes cicatrices.

    Gros bisous Françoise, que ta soirée soit douce.

    RépondreSupprimer
  5. " L'Amour " romantique est souvent fort loin de ce qu'est réellement l'amour.
    L'amour est un mot que l'on ne rencontre pas souvent dans les textes bouddhiques qui lui preffère le terme " compassion "...
    R.M.Rilke souligne le côté déformé que peut prendre nos élans amoureux. Comme il a raison ! Oui l'amour est le plus haut témoignage de nous-même, mais combien cruelles sont les blessures!
    Le siècle que nous vivons a dérangé nos repères, a boulleverssé tant de données...
    Je t'embrasse !

    RépondreSupprimer
  6. Aimer est le sentiment qui nous anime et nous guide en ce monde !! le fait d'etre en vie provient de l'union de deux etres qui se sont aimés alors...l'amour doit toujours etre plus fort que tout ! douce soirée Françoise !

    RépondreSupprimer
  7. Quel beau texte sur l'amour.

    Tu sais, l'amour, le vrai est bien difficile à trouver, lorsque l'on a la chance de le vivre, il faut le préserver précautionneusement.

    Merci pour cette belle réflexion, ma belle amie.

    Bon mardi et bisous de ta p'tite cousine du Québec.

    RépondreSupprimer
  8. Pour beaucoup d'hommes, l'A-mour commence par une voyelle [a] qui le nie. C'est le "a" privatif comme celui qu'il y a à l'initiale de a-normal...
    Alors qu'il suffit de le comprendre comme le "a" qui marque la direction ou le but à atteindre...

    RépondreSupprimer
  9. Je lis tous vos mots, vos mots dictés par vos vies, par vos vécus qui vous font interpréter chacun d'une façon différente (ou commune) ces quelques lignes de Rilke. Je les lis et je les retiens, car ils sont une partie de vous, une partie de votre vie, et c'est une façon de vous connaître encore un peu plus. Merci à vous.

    The masked moron, je t'ai démasqué, je crois... ;-))

    Oui, too banal, comme : aller, accueillir, approcher...

    Bonne fin de soirée à vous tous, et douce nuit.
    Je vous embrasse.

    RépondreSupprimer
  10. Quel profondeur...Sentir qu'on peut aimer tout et à tous, sans y mettre des conditions, c'est un privilège, ce qui donne le sens à nos vies.

    RépondreSupprimer
  11. Merci du commentaire et de ce partage autour de Rilke. Lorsque j'ai découvert ce texte que je publie (en fin d'année passée), ce fut si fort que le jour même, j'achetais ce petit livre de poche.

    Très belle journée.

    RépondreSupprimer
  12. L'amour restera toujours l'amour, le plaisir de foire, appelons le autrement.
    Bonne journée Françoise
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  13. Mais oui, on ne devrait jamais malmener l'amour.
    Jamais!

    Bisous et bellejournée à toi.

    RépondreSupprimer
  14. C'est sûr ... c'est difficile d'aimer .. C'est bien pour cela que beaucoup jette l'éponge .....

    Tellement plus simple de fuir que de résister .....

    Bisou à toi .

    RépondreSupprimer
  15. Pour tout te dire, je ne sais plus quoi penser de l'amour...
    Quelqu'un à une véritable définition de ce mot barbar mis à toutes les sauces? mais l'amour c'est une grande fumisterie.... l'amour se cache derrière la peur, à moins que ce soit la peur qui se cache derrière l'amour... un amour en carton pâte..; il suffirait de pas grand chose pour que tout vole en éclat! C'est ça l'amour?
    De toute façon, le vra aimer se conjugue à tous les temps, mais celui qui lui va le mieux, c'est le passé... celui du présent, déjà sonne faux, quant au futur? Trop incertain...

    Etonnante aujourd'hui... je sais!
    complètement décousue, des mots en gerbes..... besoin de les sortir!

    Bisous Françoise!
    bien le bonjour à Emma si tu la vois!
    Et pourtant, je l'aime.. heureusement!

    RépondreSupprimer
  16. Oui, Azuldemar, on devrait pouvoir aimer, sans condition aucune, sans rien exiger en retour, juste donner...

    J'ai bien envie de l'acheter ce petit livre, moi aussi, Louis-Paul...

    Marie, c'est vrai, ne mélangeons pas, mais d'un côté, Rilke n'a pas tout à fait tort... parfois...

    Ne jamais malmener l'amour, dis-tu, Julie ?... Mais n'est-ce pas lui qui nous malmène parfois ?...

    Plus simple de fuir que de résister... sans doute, Jalhouse, mais c'est aussi peut-être pour se protéger, pour éviter d'avoir mal...

    Barbara, non, pas étonnante... je te retrouve, au contraire... sourire
    Emma ? Tu sais bien qu'elle a fermé son blog, mais elle n'est jamais bien loin, pourtant. Je transmettrai ton bonjour...

    Bonne soirée à vous, et merci pour vos commentaires.
    Je vous embrasse fort.

    RépondreSupprimer
  17. Derrière ce mot amour, je veux ressentir don, partage, sentiments.
    Le plaisir est bien autre chose ...
    Bonne soirée Françoise

    RépondreSupprimer
  18. Oui, tu as raison, Fanzesca.
    Ne confondons pas les deux.
    Bonne soirée à toi. Bisous.

    RépondreSupprimer

Laissez moi des petits mots,
j'aime tant les lire... :-)

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

FEMMES ET HOMMES

Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents,
Ne vous laissez pas attacher,
ne permettez pas qu'on fasse sur vous des rêves impossibles...
On est en Amour avec vous tant que vous correspondez au rêve que l'on a fait sur vous,
alors le fleuve Amour coule tranquille,
les jours sont heureux sous les marronniers mauves,
Mais s'il vous arrive de ne plus être ce personnage qui marchait dans le rêve,
alors soufflent les vents contraires,
le bateau tangue, la voile se déchire,
on met les canots à la mer,
les mots d'Amour deviennent des mots-couteaux qu'on vous enfonce dans le coeur.
La personne qui hier vous chérissait vous hait aujourd'hui;
La personne qui avait une si belle oreille pour vous écouter pleurer et rire
ne peut plus supporter le son de votre voix.
Plus rien n'est négociable
On a jeté votre valise par la fenêtre,
Il pleut et vous remontez la rue dans votre pardessus noir,
Est-ce aimer que de vouloir que l'autre quitte sa propre route et son propre voyage?
Est-ce aimer que d'enfermer l'autre dans la prison de son propre rêve?

Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent
Qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents
ne vous laissez pas rêver par quelqu'un d'autre que vous même
Chacun a son chemin qu'il est seul parfois à comprendre.
Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent,
Si nous pouvions être d'abord toutes et tous et avant tout et premièrement des amants de la vie,
alors nous ne serions plus ces éternels questionneurs,
Ces éternels mendiants qui perdent tant d'énergie
et tant de temps à attendre des autres des signes,
des baisers, de la reconnaissance
Si nous étions avant tout et premièrement des amants de la vie,
Tout nous serait cadeau
Nous ne serions jamais déçus
On ne peut se permettre de rêver que sur soi-même
Moi seul connais le chemin qui conduit au bout de mon chemin
Chacun est dans sa vie
et dans sa peau...
A chacun sa texture
son message et ses mots

Julos Beaucarne