mardi 25 mars 2008

L'optimisme

Je viens d'être "taguée" par une blogueuse nommée Pivoine et j'ai pour mission de parler de l'optimisme...

Le règlement:
Je dois :
- Recopier le début du texte, «L'optimisme c'est....»

- ajouter 3 nouvelles fins de phrases (inventées ou trouvées),
- recopier les règles,
- désigner 5 « volontaires » pour prendre la suite (et les prévenir sur leur blog si nécessaire)...

Si elles sont d'accord, car je ne tague que des dames cette fois (ne m'en veuillez pas, messieurs...), je "tague" à mon tour Lysounette, Barbara, Mathilde, Loula et Tigwenn. Je vous rappelle que rien n'est obligatoire, vous le faites uniquement si le coeur vous le dit.

Alors, moi, pour vous parler de l'optimisme, je vais faire appel à quelques citations... (pourquoi ! ça vous étonne ?...)

- L'optimisme, c'est voir la vie à travers un rayon de soleil. (Carmen Sylva)

- L'optimisme est un ersatz de l'espérance, qu'on peut rencontrer facilement partout, et même au fond de la bouteille. (Georges Bernanos)

- Une personne optimiste ne refuse pas de voir le côté négatif des choses ; elle refuse de s'attarder dessus. (Alexander Lockhart)

Voilà. Mission accomplie, Pivoine !

16 commentaires:

  1. Super! J'aime bcp la citation de Bernanos !

    (Et j'ai découvert le blog de Mathilde... Eh bé! Chapeau......)

    Signé, Pivoine.

    RépondreSupprimer
  2. J'aime particulièrement la dernière citation sur l'optimisme.

    J'ai aussi été taguée par Indigo pour faire cette tague sur l'optimisme aussi.

    Bon mercredi et bisous de ta p'tite cousine du Québec.

    RépondreSupprimer
  3. Voilà Françoise, à moi de taguer maintenant. Mais je ne sais pas qui!
    Je ne veux pas taguer des gens qui ne le souhaitent pas.
    Je vais réfléchir!

    Gros bisous

    Barbara

    RépondreSupprimer
  4. Merci de m'avoir chosie
    Gros gros bisous

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour, Francoise.
    Merci de ne pas m'avoir pas tagué.
    Je n'aime pas trop ce jeu-là, en effet, et merci de ne pas l'avoir oublié.
    Très bonne journée et bisous.

    RépondreSupprimer
  6. et moi je devrais merci de m'avoir taguée.... car il faut toujours positiver...mais ma Françoise, ne soir pas fâchée... moi je veux bien répondre, mais je ne peux pas taguer d'autres, car cela n'en finit plus avec ces tags...je vais réfléchir à ce que je pourrais dire...mais ce matin, le devoir m'appelle... j'ai du boulot... je te fais un gros bisou.... allez, ne fais pas la tête...

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir Françoise,

    Je te remercie Françoise de m'avoir taguée.... J'ai fait mon devoir, seulement, je n'ai tagué personne, J'ai laissé le choix à qui voudra continuer la chaîne, je crains toujours d'importuner.... Je vais taguer tout le wouaib.... voilà...

    Je t'embrasse ma chère Françoise..

    Et j'ai découvert le blog de Pivoine.... et je te retourne le compliment... super.. Je reviendrai te voir.... Pivoine.

    RépondreSupprimer
  8. d�sol�e, Fran�oise, j'ai mis mon com sur l'optimiste dans le billet ci-dessous... je veux faire un copier-coller pour le mettre ici, mais cela ne fonctionne pas.... alors, soyons positives.... vois si tu peux le tranf�rer toi-m�me...

    RépondreSupprimer
  9. J'aime bien la dernière définition.

    RépondreSupprimer
  10. Françoise, en général je ne m'attarde pas sur le côté négatif des choses....j'essaie toujours de trouver un dérivatif pour m'évader, pour oublier... néanmoins, il m'arrive de ne pas gérer une mauvaise nouvelle, et alors en moi c'est une grande tempête... une tempête que j'amplifie...et que je ne sais plus gérer...
    mais je suis un peu comme un papillon... je vole de fleur en fleur....
    et toi, ma gémelle, comment réagis-tu ? tu cites des phrases d'auteur, mais pourrais-tu un peu te découvrir ?
    je te fais une grosse bise

    RépondreSupprimer
  11. Je te réponds Loula...

    Pour moi, l'optimisme,

    c'est croire en les gens et enlever de son vocabulaire le mot "méfiance" et "peur".

    c'est ne pas toujours penser au pire, et savoir relativiser.

    c'est penser que l'amour existe, sans condition aucune, gratuitement, sans qu'on ait besoin de le mendier.

    c'est penser qu'un jour les peuples du monde entier s'arrêteront de faire la guerre, et comprendront enfin que différence peut rimer avec partage et richesse...

    Bonne nuit tous ! A demain.

    RépondreSupprimer
  12. Alors, c'est que je suis aussi une optimiste et je ne le savais pas ;)
    Je te souhaite une belle journée.
    De gros bisous

    RépondreSupprimer
  13. merci Françoise....et oui, il faut croire en l'amour des gens, ne pas avoir peur...Je sens que tu es une fille bien...et je suis contente de t'avoir connue !!!

    RépondreSupprimer
  14. Ca y'est j'ai écouté... très blues! pas mal du tout, très agréable!

    Gros bisous du soir

    Barbara

    PS : La fréquentation de ton blog est impressionnante! Bravo! Continues!

    RépondreSupprimer
  15. Je t'aurai appris quelque chose Tigwenn ;)

    Loula, arrête... tu me fais rougir ;)

    Oui Barbara, je suis moi-même la première étonnée d'avoir toutes ces visites. ;)

    Rebisous les filles. Et bonne fin de soirée.

    RépondreSupprimer

Laissez moi des petits mots,
j'aime tant les lire... :-)

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

FEMMES ET HOMMES

Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents,
Ne vous laissez pas attacher,
ne permettez pas qu'on fasse sur vous des rêves impossibles...
On est en Amour avec vous tant que vous correspondez au rêve que l'on a fait sur vous,
alors le fleuve Amour coule tranquille,
les jours sont heureux sous les marronniers mauves,
Mais s'il vous arrive de ne plus être ce personnage qui marchait dans le rêve,
alors soufflent les vents contraires,
le bateau tangue, la voile se déchire,
on met les canots à la mer,
les mots d'Amour deviennent des mots-couteaux qu'on vous enfonce dans le coeur.
La personne qui hier vous chérissait vous hait aujourd'hui;
La personne qui avait une si belle oreille pour vous écouter pleurer et rire
ne peut plus supporter le son de votre voix.
Plus rien n'est négociable
On a jeté votre valise par la fenêtre,
Il pleut et vous remontez la rue dans votre pardessus noir,
Est-ce aimer que de vouloir que l'autre quitte sa propre route et son propre voyage?
Est-ce aimer que d'enfermer l'autre dans la prison de son propre rêve?

Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent
Qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents
ne vous laissez pas rêver par quelqu'un d'autre que vous même
Chacun a son chemin qu'il est seul parfois à comprendre.
Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent,
Si nous pouvions être d'abord toutes et tous et avant tout et premièrement des amants de la vie,
alors nous ne serions plus ces éternels questionneurs,
Ces éternels mendiants qui perdent tant d'énergie
et tant de temps à attendre des autres des signes,
des baisers, de la reconnaissance
Si nous étions avant tout et premièrement des amants de la vie,
Tout nous serait cadeau
Nous ne serions jamais déçus
On ne peut se permettre de rêver que sur soi-même
Moi seul connais le chemin qui conduit au bout de mon chemin
Chacun est dans sa vie
et dans sa peau...
A chacun sa texture
son message et ses mots

Julos Beaucarne