mercredi 16 avril 2008

L'enfance

L'enfance [...] est le grenier de nos émotions. (Stan Rougier)

Photo : Jean Dieuzaide

13 commentaires:

  1. est ce la meme petite fille qu'hier?Il me semble qu'elle a le meme regard

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai, on y enfouit tant de choses dans ce grenier... Et de temps en temps, on y va faire un tour et on se rappelle...

    RépondreSupprimer
  3. l'enfance est une chose splendide… dommage que cela passe

    RépondreSupprimer
  4. Il suffit de le vouloir, mais on ne perd jamais vraiment notre âme d'enfant....
    A plus tard.
    Mille bisous

    Babara

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour, Francoise.
    C'est aussi le creuset de notre vie.
    Bonne journée pour toi.et merci
    Bisous

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Françoise.... Jean Dieuzaide.. que de fois j'ai vu de ses photos à la Galerie du Château d'Eau à Toulouse...c'est lui qui a découvert ce lieu dans Toulouse pour y créér un lieu photographique.. Il est mort en 2003 à Toulouse...elle est très douce cette photo...
    bonne journée à toi et bises

    RépondreSupprimer
  7. Photo célèbre d'un photographe célèbre!
    En tout cas, le chapeau de l'enfance contient plus d'un lapin!
    Mais très souvent, l'adulte perd en chemin la baguette magique qui permet de les faire sortir au grand jour...

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Françoise,

    Il y a beaucoup de chose à dire sur l'enfance...

    J'avais écrit un texte, "la vie d'un enfant est trop petite pour se taire".... Je me souviens de ton commentaire et de celui d'Herbert.....

    Je t'embrasse Françoise et à demain

    RépondreSupprimer
  9. Merci beaucoup pour vos visites que j'apprécie toujours autant ! et pour vos mots que j'aime lire.

    Bonne soirée à vous, et de gros bisous.

    RépondreSupprimer
  10. Bien d'accord avec ta réflexion, nos émotions proviennent souvent de notre enfance, que ce soit des émotions bonnes ou mauvaises, gaies ou tristes, tout revient à la surface à certains moments.

    Une peur de l'enfance ressurgit souvent à l'âge adulte.

    Bon jeudi et bisous de ta p'tite cousine du Québec.

    RépondreSupprimer
  11. C'est un visage magnifique, où l'âme affleure...

    (Pivoine)

    RépondreSupprimer
  12. elle accroche le regard cette photo, on a envie de savoir à quoi pense cette petite fille.

    RépondreSupprimer

Laissez moi des petits mots,
j'aime tant les lire... :-)

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

FEMMES ET HOMMES

Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents,
Ne vous laissez pas attacher,
ne permettez pas qu'on fasse sur vous des rêves impossibles...
On est en Amour avec vous tant que vous correspondez au rêve que l'on a fait sur vous,
alors le fleuve Amour coule tranquille,
les jours sont heureux sous les marronniers mauves,
Mais s'il vous arrive de ne plus être ce personnage qui marchait dans le rêve,
alors soufflent les vents contraires,
le bateau tangue, la voile se déchire,
on met les canots à la mer,
les mots d'Amour deviennent des mots-couteaux qu'on vous enfonce dans le coeur.
La personne qui hier vous chérissait vous hait aujourd'hui;
La personne qui avait une si belle oreille pour vous écouter pleurer et rire
ne peut plus supporter le son de votre voix.
Plus rien n'est négociable
On a jeté votre valise par la fenêtre,
Il pleut et vous remontez la rue dans votre pardessus noir,
Est-ce aimer que de vouloir que l'autre quitte sa propre route et son propre voyage?
Est-ce aimer que d'enfermer l'autre dans la prison de son propre rêve?

Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent
Qui tissez des tissus de mots au bout de vos dents
ne vous laissez pas rêver par quelqu'un d'autre que vous même
Chacun a son chemin qu'il est seul parfois à comprendre.
Femmes et hommes de la texture de la parole et du vent,
Si nous pouvions être d'abord toutes et tous et avant tout et premièrement des amants de la vie,
alors nous ne serions plus ces éternels questionneurs,
Ces éternels mendiants qui perdent tant d'énergie
et tant de temps à attendre des autres des signes,
des baisers, de la reconnaissance
Si nous étions avant tout et premièrement des amants de la vie,
Tout nous serait cadeau
Nous ne serions jamais déçus
On ne peut se permettre de rêver que sur soi-même
Moi seul connais le chemin qui conduit au bout de mon chemin
Chacun est dans sa vie
et dans sa peau...
A chacun sa texture
son message et ses mots

Julos Beaucarne